Ennui

Ma vie, mon oeuvre…

Archive for mars 2005

Efforts

with 16 comments

Consciencieusement, je repositionne très souvent mon corps pour qu’il
soit placé de manière idéale face à mon écran, afin de minimiser tant
les efforts liés à la lecture et l’écriture, que ceux inhérents à
l’utilisation de la souris.
Inconsciemment, mon corps fait en sorte de se remettre dans les
postures les moins recommandées possible. Très souvent, lui aussi, donc.

La vie est un combat. CQFD.

Publicités

Written by Ennui

30 mars 2005 at 14:45

Publié dans u-blog

Souche

with 8 comments

En plein travail, je me suis dit qu’il serait intéressant de voir s’il
m’était possible de revenir aux racines de ce blog, c’est-à-dire cesser
d’élaborer sur des théories abracadabrantes et épurer, élaguer,
simplifier, revenir aux racines de la source, à la souche de mes écrits
numériques, et donc, conséquemment, ne plus partir en digressions sans
fin ni but, dont le seul intérêt serait de satisfaire une quelconque
volonté personnelle inavouée et éhontée de recevoir par mes pairs
ennuyés une possible reconnaissance littéraire, tous ébaubis qu’ils
seraient de découvrir au fil de la lecture de ce blog rien moins qu’un
nouveau talent inconnu (et pour cause, car anonyme) mais méritant,
maîtrisant la langue comme personne (dixit mes amours) et maniant la
plume comme Cyrano maniait son nez (à savoir, en allant de l’avant,
pardi!), et surtout, surtout, surtout, surtout, mettre fin à ces
phrases queue ni tête (d’ailleurs je… en fait non), abordant maints
sujets liés par rien d’autre qu’un esprit tordu face à un écran même
pas plat, c’est dire, la honte quoi.

Mince, raté.

Written by Ennui

30 mars 2005 at 14:31

Publié dans u-blog

Plastifiée

with 23 comments

Suite à mes récentes révélations de gloutonneries dépensières, un
lecteur m’a conseillé, pour faire fuir la faim, d’échanger mon Twix
contre un Snickers.

Boudiou.

C’est me demander d’aborder un nouveau monde, une terre inconnue, here be dragons
et toutes ces sortes de choses. Twix, ça va, je suis habitué, j’en
mangeais déjà que ça s’appelait encore Raider-deux-doigts-coupeuh-faim,
haha, on m’la fait pas à moi, bande de gamins.
Petit à petit est
apparue sur le sachet, sous Raider, la mention « Mondialement appellé
Twix ». Précoce pour mon âge, j’entrevoyais déjà le futur de cette
exception française, démolie par le bulldozer de la mondialisation.
J’étais triste, je savourais peut-être le dernier véritable Raider, un
Raider français, que diable ! Raider, non, nous ne t’oublierons point.
Rappellez-moi de vous parler de Grosquick, les enfants.

Snickers, c’est une autre histoire. ‘connais pas, jamais essayé. Aucun souvenir ne s’y rattache.

Et pis, j’y perds au change : UNE SEULE BARRE.

Mais bon, prenant en main ma clé plastifiée et mon courage, j’ai tapé
le code 6B ou lieu de 6A lors de ma dernière descente sur le plateau
des commerciaux, pour récupérer le candidat.
De retour à mon bureau, je l’ai ouvert et… et… JE L’AI MANGÉ.

Force m’est de constater qu’effectivement, ce me semble que le Snickers
est plus nourrissant que le Twix, toute digestion faite. Mais cela
peut-il être lié à une différence d’heure de prise par rapport au
déjeuner ? Ou au déjeuner lui-même ? Aaah, drame.

Et pis, une seule barre, quoi.

Written by Ennui

17 mars 2005 at 13:52

Publié dans u-blog

Transaction

with 12 comments

Le système de gestion des distributeurs automatiques de mon lieu de
travail m’induit dans une fausse joie de manière quasi hebdomadaire.

Les faits, tout d’abord : l’entreprise à laquelle je suis lié par
contrat a, il y a quelque temps maintenant, mis à jour le distributeur
de café pour qu’il accepte également l’usage d’une sorte de
porte-feuille personnel, en forme de clef en plastique. Pour en
promouvoir l’usage, mon entreprise à fort civilement donné à ses
employés des clefs préremplies de 5 euros, comme ça, alors que Noël
était encore loin. Une fois les 5 euros dépensés (fort diligentement
pour certains grands consommateurs de café, dont je ne fais
heureusement pas partie), à eux de la remplir à nouveau si le coeur
leur en disait, ou d’abandonner la clef dans un coin pour ne se servir
que de leurs pièces. Ce remplissage se faisait sur une autre machine,
nouvelle celle-là et qui distribue non pas du café, mais des boisons
ainsi que des friandises. Dans la pratique, tout argent mis dans cette
nouvelle machine tandis que la clef y est introduite, sera déposé dans
la mémoire de la clef et disponible pour les deux machines. Merveille
des merveilles.

Le bonheur dont je vous parlais est ainsi fait : une fois ma propre
clef dépensée par mes achats épars de graisse quotidienne, je me suis
trouvé dans l’obligation d’avoir recours à nouveau aux pièces. Tant
qu’à faire, je mettais donc 1 euro dans la machine, et la monnaie de
cet euro se retrouvait dans la clef plutôt que ma poche : top pratique.
Me restaient donc à la fin de chaque transaction quelques menus
centimes. Au fur et à mesure de mes achats, la cagnotte de ma clef
personnelle augmente, logiquement, jusqu’au moment où elle est
suffisamment pleine pour que je puisse acheter un produit sans devoir
bourse délier.

C’est alors pour moi un moment de joie intense, l’impression d’avoir eu
un cadeau gratuit offert donné, une ivresse comparable à celle qui me
prend à la gorge lorsque j’atteins la case « Un menu sandwich-boisson
gratuit » de la carte de fidélité de mon boulanger. C’est incomparable,
formidable et tellement bienvenu en ces temps de disette où il est
difficile d’acheter des chaussures aux enfants pour qu’il puisse vendre
des épines de sapin dans la rue.

Mais cette joie, tout intense fût-elle, est de courte durée, car je ne
manque pas de me rendre compte du stratagème félon monté par mon
entreprise : ce cadeau offert gratuitement, c’est en fait moi qui l’ai
payé.

J’ouvre alors mon Twix et, penaud mais salivant d’avance, je retourne à
mon bureau pour le déguster.

Written by Ennui

4 mars 2005 at 14:25

Publié dans u-blog

Emise

with 10 comments

Par le temps qui court, je suis bien content de pouvoir à loisir choisir la température émise par mes radiateurs électriques.

Written by Ennui

1 mars 2005 at 15:22

Publié dans u-blog